Actualités

Apr 23, 2014
Le manoir de la Carrée sera au coeur des Promenades théâtrales 2014 de Saint-Germain-en-Coglès.
 
 

Des flammes ravageuses

Depuis que la presse existe, les « chroniqueurs » relatent les faits divers dans leurs colonnes : de petits sujets, croustillants et authentiques, accompagnent les articles de fonds et d’information. Alors que le monde de l’image n’existait pas encore, le public pouvait ressentir une certaine émotion à la lecture des journaux. Ecoutez plutôt : « La commune de St-Germain servi de champ de manœuvres, mardi à un malfaiteur à bicyclette dont voici les déplorables exploits : Vers 15 heures, entrant par l’étable dans la ferme du vieux château du Pontavice, près de l’église, il apostrophait en ces termes la dame Blot trouvée derrière la porte de la laiterie : ton argent ou je te tues ! La brave femme répondit crânement Tue-moi si tu veux ! ». Cet épisode de l’été 1935 se poursuit à L’Epine puis au Rocher Cadin… Ainsi, la presse est-elle riche d’enseignement pour un amateur d’histoire locale, un étudiant… Notre sujet du jour sera la fréquence des départs d’incendies à l’époque où nos grands-pères se déplaçaient en voiture à cheval. Les pertes matérielles sont souvent considérables en raison des secours qui ne sont pas à la hauteur de ce que nous connaissons aujourd’hui. Et les victimes « perdent tout » puisqu’elles ne sont pas assurées. Pourtant, les assurances sont nombreuses et se prénomment, en 1865, L’Abeille, La France, La Nationale, L’Europe.

Parfois, ces incendies sont attribués à la malveillance : c’est le cas dans la nuit du 13 au 14 juin 1865 où des bâtiments agricoles sont la proie des flammes à La Nourriais, au Rocher-Jacquot et à La Haute-Bressais, trois villages voisins ! La même mésaventure arrive à Marie-Hyacinthe-Olivier du Pontavice de Heussey, propriétaire de la ferme du Haut Châtellier où, le 17 août 1843, le feu se déclare dans un hangar contenant de la paille et environ 200 gerbes de froment rouge.

Le 21 avril 1842, c’est un accident qui est à l’origine du sinistre dans la ferme de La Hunaudais au Châtellier appartenant au sous-préfet de Fougères : un enfant jouait avec des allumettes. La ville de Saint-James connaît une véritable catastrophe début août 1844 : un quart de la ville est détruite, ce qui plonge dans la détresse environ 150 familles soit plus de 600 habitants.

Rue de l’église Saint-Germain-en-CoglèsMais il est temps de relater l’incendie du lundi 25 avril 1864 qui détruisit un lot de quatre maisons au pied de l’église de Saint-Germain-en-Coglès. Vers 16 heures, les habitants du bourg aperçoivent de la fumée qui sort de la maison du marchand Chenedé parti depuis le matin à la foire de St-Georges. Les maisons voisines dont la boulangerie sont bientôt, elles aussi, victimes des flammes. Les voisins, sous la direction du clergé, tentent de lutter contre le feu. Pendant ce temps, M. Gaumerais se rend à Fougères chercher du secours ; il y arrive vers 17h30. Rapidement un convoi s’organise en direction du bourg de Saint-Germain : le sous-préfet et le maire de Fougères, le substitut du procureur, le juge d’instruction, les gendarmes et les pompiers. Il est 18h30… les toitures en essentes (ardoises de bois) n’ont pas résisté, pas plus que cellier, hangar, écurie, retraite à porcs, mobilier et sacs de farine. Mais les pompiers éteignent les débris dangereux pour préserver les maisons voisines. Dans ce cas présent, un vice de construction d’une des cheminées semble être la cause du départ d’incendie.

Hors les lourdes pertes matérielles (évaluées à plus de 18 000 francs), il faut déplorer un accident survenu au cantonnier Toussaint Lefresne. Tombé d’un toit, il se brise la jambe et succombe à ses blessures onze jours plus tard à l’hôpital de Fougères. Lors de ses obsèques à l’église Saint-Léonard, le sous-préfet lui rend hommage dans un discours : « Votre pauvre camarade est à cette heure dans un monde aux yeux duquel disparaissent toutes les splendeurs de cette terre et qui ne tient compte que des vertus, du courage et du dévouement. » Quelques semaines plus tard, une somme de cent francs est accordée par l’Empereur à sa veuve, mère de six enfants.

Pour clore l’évocation de cet Incendie considérable à Saint-Germain (titre de l’article dans la presse fougeraise), voici une petite note d’humour : par lettre du 13 juin 1864, la mairie de Fougères réclame à celle de Saint-Germain-en-Coglès la somme de 45,73 francs pour frais de secours…

Sources : Délibérations du Conseil municipal de Saint-Germain-en-Coglès (1864)
La Chronique de Fougères (1842, 1843, 1844, 1864, 1865, 1935).

Retour à la liste des articles

 
AccueilBiographiePourquoi un livre ?La familleExtraits du livreCommander - Histoire localeContacts